Marché de l’emploi : une formation en informatique, ou s’abstenir !

Viendra-t-il le jour où les robots seront plus intelligents que les humains ? Viendra-t-il le jour où les robots remplaceront les humains ? Ces hypothèses en faisaient sourire plus d’un… il y une vingtaine d’années.

Depuis dix ans tout s’accélère, et les technologies de pointe tels que l’IA ou encore la Blockchain envahissent les pays du monde entier. Et le bouleversement qui en découle est comparable à une véritable révolution. Les robots dotés d’une intelligence et de fonctionnalités jusqu’alors inimaginables se développent aux quatre coins du monde, et voient le jour régulièrement.
Ces innovations commencent à causer de sérieux problème d’éthique mais soyons rassurés, ils ne sont pas prêts de remplacer les experts en informatique 😉 ! 

Bien au contraire, ces experts développeurs, ingénieurs et consultants voient leur cote de popularité s’emballer. Et ils sont de plus en plus nombreux à vouloir se former sur les toutes dernières technologies.

Les experts en informatique se tirent d’embarras ! 

D’après le dernier rapport “Perspectives de l’emploi de l’OCDE 2019”., le risque d’autonomisation des emplois ne cessera de s’accroître d’ici 20 ans ! Les chiffres confirment, en effet, que 14% des emplois actuels risquent de disparaître et encore 32 % devraient changer radicalement.

Ceci dit, la numérisation redéfinie les marchés de l’emploi. Et voilà que l’Alerte de Darwin s’applique aux entreprises!  Soit elles recrutent des experts en informatique, soit elles s’éteignent à jamais ! 

Or, comment s’adapter si uniquement 4 adultes sur 10 ont les compétences de base en TIC, ou disposent d’une expérience en informatique ? D’où capter les talents quand seulement 31.6% des Français ont suivi une formation professionnelle en informatique au cours des 12 derniers mois ? 

Il faut l’admettre, la pénurie des compétences en informatique dans les pays de l’OCDE représente un frein important à la pérennité des entreprises. Ces dernières disparaîtraient avant même de pouvoir former la future génération IT !

Alors, pour combler ce manque, les SSII françaises ont choisi une solution qui apporte des résultats tangibles le plus rapidement. Il s’agit d’inciter à la mobilité professionnelle. 

Au fait, les SSII françaises ont commencé depuis des années à recruter des diplômés dans la filière informatique d’origines tunisienne, marocaine et sud-africaine ! 

Et si l’on y regarde de plus près, on s’aperçoit qu’il s’agit d’une formule gagnante tant pour les employeurs que pour les employés. 

En effet, le nombre des diplômés tunisiens chômeurs de l’enseignement supérieur affiche 253 mille au 2ème trimestre 2019. A cet égard, Il serait intéressant pour les diplômés dans la filière informatique de décrocher un CDI en France. Cela sans oublier les rémunérations motivantes.

Pour ce qui est des recruteurs, l’effet de cette nouvelle stratégie est apparent sur la croissance du numérique dans le pays. 

Secteur de l’informatique en France : des chiffres hauts en couleur !

Selon Syntec numérique, 81% des SSII/ESN françaises ont augmenté leur chiffres d’affaires en 2018. 

Les entreprises témoignent que c’est surtout grâce au développement de services à forte valeur ajoutée comme la cybersécurité, l’intelligence artificielle et les systèmes cognitifs. D’après cette même source, 76% des SSII envisagent une croissance de leur chiffres d’affaires cette année. 

Pour ce qui est des perspectives pour 2019, l’optimisme est à l’ordre du jour. Syntec Numérique prévoit une croissance des entreprises liées aux SMACS (Social, Mobilité, Analytics, Cloud, Sécurité) de 15,7%, soit 1,9 milliard d’euros. Ces entreprises devraient accaparer une part du marché des logiciels et services de 29,8%. 

Vous l’aurez compris, les SSII françaises ont renforcé leurs équipes avec les talents en informatique recherchés. 

Et ce qui surprenant est que les Tunisiens sont les compétences pointues qui ont contribué à la réussite des plus grandes entreprises françaises. 

A titre d’illustration, Karim Jouini, un tunisien qui a réussi à faire carrière en informatique à  Microsoft. Il a gagné ses lettres de noblesses en étant élu Endeavor Entrepreneur à Dubai.

A voir ces success stories se multiplier, les Tunisiens s’orientent davantage vers les filières informatique. Ils s’y spécialisent et excellent. Et pour preuve, L’IACE a classé dans son guide d’orientation universitaire les spécialités d’ingénieur au premier rang.

En constatant cette réalité, certains étudiants changeraient de filière. Les diplômés pourraient opter pour une double-licence. D’autres commenceraient à chercher des formations pour renforcer leur compétences en informatique. Ne cherchez pas plus loin ! Les Sintegra Labs sont des formations certifiantes gratuites et ultra sélect qui ciblent ceux qui ambitionnent de se spécialiser en informatique.

Il est d’une grande évidence qu’aujourd’hui que certaines licences sont des usines de chômeurs. Et les filières informatiques font exception. 

May Msehel

May Msehel

Leave a Replay

Inscrivez vous à notre Newsletter

Inscrivez vous et recevez les dernières infos sur le recrutement IT au Maghreb !

Fermer le menu

Inscrivez vous à la newsletter Sintegra, et recevez les dernières infos IT

Fermer le panneau